l'électronique


Ce chapitre concerne le choix des logiciels, l'ordinateur et ses périphériques.

l'ordinateur

L'ensemble de mon cockpit de Beech 200 fonctionne avec un seul ordinateur. Le processeur est un Intel Sandy Bridge 2600K, il y a 16 Go de mémoire Corsair, un disque dur et un SSD. La vidéo est confiée à une carte GeForce GTX770 et une GeForce GTX580. Actuellement, ll'affichage est sur un téléviseur HD.

 

Le système d'affichage de l'ordinateur est le suivant:


les logiciels

Mon cockpit fonctionne avec les logiciels suivants:

 

-A l'origine, Flight Simulator 2004 évidemment, et une version enregistrée de FSUIPC. Le fichier FSUIPC.ini situé dans le dossier Modules comporte à la fin les lignes suivantes:

 

[Programs]

runif1=KILL,READY,C:\Program Files\IOCards\sioc.exe

runif2=KILL,READY,C:\Program Files\IOCards\encoder_keys.exe

 

ce qui me permet de démarrer et d'arrêter automatiquement SIOC, USB Keys et Key 2 Mouse en même temps que FS. D'autres lignes de ce genre peuvent être ajoutées pour d'autres programmes à automatiser, on peut le faire soit manuellement, soit avec FSUIPCRun Options disponible sur le site de Peter Dowson. .

 

- Active Sky Next pour le réalisme de la météo.

 

Actuellement, si je devais refaire ce cockpit (avec un Beech Duke bien entendu), j'utiliserais P3D v2.5, Windows 7, ASN et le GPS GTN750 de Flight1.

 

Un exemple de tableau d'attribution des entrées et sorties IOCards peut être téléchargé en cliquant ICI.


l'installation de l'électronique

Vue d'ensemble de l'avant du cockpit.

Les deux moniteurs.

 Le 17 pouces est à gauche, 15 pouces (la dalle seulement) à droite de l'image.

La tablette de l'électronique.

 

1: alimentation 5 V 10 A 2: Bus 5 volts 3: Deux cartes Master IOCard, partiellement branchées

4: la carte USB 5: la carte USB Keys 6: une carte Display

Les cartes sont fixées sur une tablette montée sur glissières de tiroir, qui peut être tirée vers l'avant pour un meilleur accès.

Une des 27 barrettes de connecteurs

 Les deux blocs de menuiserie sont démontables, ce qui ne rend pas ce cockpit "transportable", mais "déménageable".

De ce fait, à chaque fois qu'un fil passe du bloc 1 au bloc 2, il passe par une barrette de connexion. Ici on voit la barrette des fils d'alarme, qui peut s'ouvrir en deux sans défaire les fils (ref. 08094 de GoTronic).

Certains colliers de serrage (à gauche) ne sont pas coupés: il s'agit de colliers enfilés à l'envers, côté non cranté, donc provisoires et pouvant se démonter facilement. Quand tous les fils seront passés, ils seront remontés dans le bon sens.


une variante "cockpit court"







On peut souhaiter que le cockpit passe par une porte de 70 cm, avec uniquement le démontage du pedestal. Dans ce cas, la partie avant sera raccourcie.







et l'électronique, au lieu d'être montée à plat, le sera verticalement entre les deux manches.

L’ensemble des cartes électroniques est alors regroupé sur une structure en cornière d’aluminium de 15 x 15, assemblée par vissage. Les dimensions sont 1 m x 0,28 m, la structure cornières est placée derrière les moniteurs, et ne gène ni les manches, ni les palonniers. Pour éviter des court-circuits sur la face inférieure des circuits imprimés, ceux-ci sont séparés des cornières métalliques par des entretoises de 15 mm de haut (morceaux de tube plastique int 3.5 ext 7 découpés à la scie) Une structure ouverte de ce type permet de passer tous les fils derrière, et des faire ressortir à l’endroit requis, il n’y a donc pas de fils qui passent au dessus des cartes.

 

La carte Master est reliée à l’entrée sur l’USB par connexion directe des deux connecteurs (il y a deux vis à retirer pour cela).

 

Pour simplifier le câblage, les fils en nappe des connecteurs des cartes Master sont connectés à des connecteurs HE10 côté Master, et séparés ensuite un par un pour être soudés sur des barrettes de connexion référence 08094 de GoTronic. Ces barrettes serrent les fils entre deux lamelles, les dominos classiques sont absolument à proscrire, car la vis, en contact direct avec les fils, les casse très rapidement. Sur ce type de barrette 08094, la vis de serrage est dans le même plan que les cosses à souder, il faut vérifier qu’on peut bien passer un tournevis, sinon il faudra monter ces barrettes sur des baguettes triangulaires de 15 x 15. La référence 08098 est mieux adaptée, mais beaucoup plus chère. On utilise 3 barrettes de 36+4 broches, (4 à acheter), les sorties Display n’ont pas besoin de cela. Bien entendu on profite de l’occasion pour mettre les entrées de la Master dans l’ordre des broches : l’entrée 08 est bien sur le « domino » 08 et non sur le 05. L’usage de ces barrettes permet de changer les affectations des entrées en quelques secondes, sans rien dessouder.

 

Tous les fils venant de l'Overhead, du pedestal et des panneaux de tableau de bord sont en fils de câblage souple et non en nappes de 40 conducteurs. Bien que cela ne soit pas du tout indispensable, chaque interrupteur est relié aux connecteurs J3 ou J4 de la carte Master par deux fils: un blanc, et un noir pour la masse. Les "dominos" de masse des groupes de la Master reçoivent donc 9 fils noirs, c'est limite mais faisable. Il est possible bien entendu de relier tous les interrupteurs d'un même groupe par un seul fil noir, allant à la masse du groupe, mais le démontage d'un interrupteur est alors plus compliqué.







On voit ici le branchement des connecteurs de la carte Master sur des barrettes de connexion à vis. Ces barrettes sont inclinées à 45° pour faciliter le passage d'un tournevis. La même disposition est prévue pour une deuxième carte Master, si nécessaire



Les fils ont intérêt bien évidemment à être soigneusement repérés par des bouts de scotch d'électricien blanc, marqués au feutre indélébile.

On voit ici les paires de fils blanc et noir destinés aux connecteurs J3 et J4 de la carte Master.