4- les manettes de poussée


Généralités

La construction de ces  manettes est un des points les plus délicats d'un cockpit (à égalité avec les Yokes...) . Il faut, par exemple, être équipé pour cintrer de l'alu de 4 mm ou de l'acier de 4 avec une grande précision: l'entrée et la sortie du "S" doivent absolument être parallèles. Il faut également que les axes soient tracés et percés avec moins de 1 mm d'erreur, sinon les poignées ne seront jamais alignées et leur écartement fantaisiste.

Le bloc est imposant sur le 747: 370 mm de large, 320 mm de profondeur et environ 330 mm de haut, manettes incluses. 

 

Les cloisons internes sont, soit en plexi de 5 mm, soit en médium MDF de 10 mm, aussi solide, beaucoup plus facile à travailler,  mais moins beau. Les flancs externes sont en médium de 10 mm soigneusement peints.

Chaque manette est indépendante, chaque cloison interne supporte l'axe de la manette, le système de freinage et le potentiomètre associé. L'axe de chaque manette est une vis de 6x40 mm TH, partiellement filetée.

Le système de freinage de la manette est simple et efficace: deux grosses rondelles frottent l'une sur l'autre.

Les potentiomètres sont des déplacements linéaires de 10 kO.

 

La photo ci-dessous montre les manettes vues de face (photo A.W. Raeven, Airliners.net).

On constate que:

 - les 4 manettes (pièces alu anodisé brun) sont recourbées, les deux centrales vers l'extérieur et les deux externes vers l'intérieur. Ceci permet de maintenir un écartement total de 100 mm entre les faces extérieures des poignées 1 et 4. Les manettes 2 et 3 étant très peu courbées, il est tout à fait  possible de les faire droites en conservant les cotes d'ensemble, ce que nous ferons.

- les 4 fentes des manettes sont équidistantes (54 mm en principe)

- la fente de la manette de Speed Brakes est au milieu de l'espace face gauche/ fente manette 1.

- la fente des volets est plus rapprochée de la cloison extérieure droite (en principe cette cote doit être d'environ 45 mm)

 

La plupart des plans ci-dessous peuvent être téléchargés au format A4, pour une meilleure lisibilité. Il suffit de faire un clic sur l'image pour être dirigé vers le téléchargement.

 

Le plan partiel vu de dessus est le suivant:

Attention: on ne peut pas suivre à la lettre les cotes qui découleraient d'une interprétation des plans du FCOM. Les deux cloisons centrales des moteurs sont en effet plus rapprochées que les autres. Pour éviter de courber les manettes centrales, et simplifier la construction, il faudra maintenir un écartement unique de 44 mm entre les cloisons des 4 moteurs, ce qui donne le plan ci-dessus.


les cloisons internes

La première chose à faire est de se faire découper en GSB ("Grande Surface de Bricolage"...) un morceau de médium de 10 mm de 370 x 320 mm pour le plancher du bloc manettes, et 8 pièces de
250  x 320 pour les cloisons et les flancs, également en MDF de 10. Les cloisons internes suivent le plan ci-dessous. A noter que ce plan est établi pour une inclinaison de 19° de la partie du Pedestal qui supporte les CDU. Au cas où le Pedestal n'aurait pas cette inclinaison l'arc de cercle de ces cloisons serait légèrement modifié.

 La perpendicularité des cloisons  aux bords du plancher et la verticalité des cloisons est assurée par des morceaux de cornière d'alu de 20x20 mm. Ils déterminent l'écartement de la base des cloisons, à régler avec le maximum de précision. Par contre, ils ne jouent pas un grand rôle dans la rigidité de l'ensemble.

L'écartement du haut des cloisons, et le réglage fin de l'espace entre les poignées des manettes,  est déterminé par deux tiges filetées de 6 mm munies d'écrous et rondelles. Pour faciliter le démontage, ces tiges de 6 sont logées au fond d'une boutonnière de 5.5, voir le plan ci-dessous. Au chapitre boutonnière, il y a aussi une encoche dans les 6 cloisons internes pour passer les fils des 4 interrupteurs et LEDs "HP", et les fils venant du boîtier de Reverses (AT Disc et TOGA). .  Les manettes en position Full viennent buter sur une grosse rondelle en médium, dont l'axe est excentré: on tourne pour régler la butée puis on serre l'écrou de l'axe. Une butée du même type bloque la manette en position IDLE. La butée côté IDLE ne devrait pas avoir plus de 25 mm de diamètre, pour faciliter ultérieurement le positionnement du potentiomètre.

 

Il faudra faire attention à ce que ces trous soient au moins à 10 mm du bord, pour laisser la place à une rondelle de 6 large:


Nous sommes donc en possession de 8 cloisons découpées à leur forme définitive, bien poncées. On va les empiler avec soin, percer les trous de 8 qui recevront un insert en tube d'acier de 6x8 pour les axes des manettes, puis percer les trous de 6.5 pour les tiges filetées de 6, dans 6 cloisons seulement, les flancs sont exclus.  On s'aidera d'un gabarit pour être sûr de tous les percer à la même hauteur, puis on ouvrira ces trous en boutonnière de 6 mm de largeur. Les tiges filetées font donc 350 mm de long. Sur l'intérieur des flancs, elles s'enfilent comme pour les cloisons internes dans une boutonnière, ici, c'est un simple carré de médium collé au bon endroit. Pour démonter une seule cloison, il suffit donc de retirer les deux tiges filetées en les sortant des boutonnières, sans avoir à sortir les écrous et rondelles.

Le perçage des trous des tiges filetées.


Ce plan ne comprend pas le mécanisme complet des Reverses, voir plus bas.



La course totale des manettes, ou longueur des fentes sur la plaque à plat est de 200 mm environ, l'angle des manettes entre FULL et Reverses est de 50°.


courber les manettes

Deux solutions: soit on est équipé pour courber de l'aluminium de 4, ou de l'acier plat de20x4, soit on va chez le ferronnier du coin, on lui dit que c'est pour un simulateur de vol, ça l'intéressera, on lui donne un plan et un gabarit et il fera les deux manettes principales, et les deux manettes de Reverses en plat de 10 x 4 . Surtout, il faut se réserver une marge confortable pour la longueur des manettes, pour les principales, la partie droit le plus longue devra faire au moins 400 mm de long, on recoupera après perçage, et les manettes de Reverses au moins 120 mm.

 

Il est également possible de courber en même temps deux plats d'alu de 2 mm d'épaisseur, et ensuite de les coller à l'époxy (Araldite). C'est solide, mais il y aura toujours un peu de souplesse latérale en bout de manette.

 


le perçage des manettes

Se servir du gabarit de pliage pour immobiliser les manettes, et y coller des blocs de bois dur percés à l'horizontale: introduire un forêt, pointer légèrement les trous essentiels, démonter, centrer ces pointages, re-pointer et percer (huile de coupe nécessaire).

Ne sont pas représentés sur ce plan:

- le trou de 3 pour la vis de fixation de la rondelle soudée sur l'axe de 6 de la manette: à faire en fonction du trou percé dans cette rondelle.
- les trous pour les vis des deux rondelles excentrées de butée de la manette de Reverses: à faire après premier essayage.


les poignées

Les 4 poignées de diamètre 28 font 28 mm de long pour les deux extérieures, et 25 x 25 mm pour les deux centrales. Elles sont espacées de 3 mm maximum, ce qui maintient une largeur totale de 100 mm (environ) , confortable pour placer 4 doigts.  On voit sur le plan qu'il est tout à fait possible de faire les deux manettes centrales droites.

 

N'ayant pas de tour, je n'ai pas pu faire les poignées en forme d'osselet caractéristiques du 747.

Mes poignées ont un intérieur en tourillon en bois de 20 mm percé bien au centre à  4.2 mm. A l'extrémité du bloc de bois on insère un écrou prisonnier (à griffes) de 4 mm, une vis de 4x20 à tête fraisée, ajustée en longueur, assurera une fixation sans risque de rotation. Une fois monté sur la manette, on enfile un pied de chaise en plastique pour tube de 20, cela ne ressemble pas trop à l'original, hélas. Il existe toutefois une solution approchante: les silent-blocs , je n'ai pas essayé.

Ecartement des manettes : 2 à 3 mm


les axes et potentiomètres

Le principe de fonctionnement est exposé sur le plan ci-dessous:


le frein des manettes

Comme visible sur le plan des manettes ci-dessus, une grosse rondelle d'environ 65 mm de diamètre, découpée dans du plexi de 4mm, est fixée sur la cloison. Une autre, identique, est fixée sur la manette. Les deux frottent l'une sur l'autre, le degré de friction dépendant du serrage de l'écrou Nylstop fixé sur l'axe de 6 mm.  La friction est régulière, souple, sans bruit, et en prime, la largeur de ces rondelles est telle que cela supprime pratiquement tout jeu latéral de la manette, tout au moins au niveau de l'axe.   Pour découper ces grosses rondelles, l'idéal est un trépan genre "Circoup" qui doit tourner le plus lentement possible, sur ma perceuse c'est à 240 tours/minute, et surtout la pièce doit être très solidement fixée ... et pas de mains dans les parages.

Les rondelles frein de 65 mm interdisent d'utiliser des potentiomètres rotatifs et une démultiplication par roues dentées. D'ailleurs, ce serait délicat, car les manettes ne se déplacent que sur un angle de 60°. Faire une multiplication par 3 avec une roue de 60 et une de 20 ne permet d'utiliser que 6.7 kO sur les 10 du potentiomètres, programmable mais limite en précision. Une multiplication par 4 avec une petite roue de 15 mm conduit à une hyper sensibilité des manettes: 1° d'écart donne 4° sur le potentiomètre, il devient difficile de régler précisément les poussées. Donc, ici, le potentiomètre à déplacement linéaire, dit "à glissière", s'impose.

 

La vis 4 doit être solidaire de la manette. Cette vis est une BTR de 6x50 partiellement filetée, sur laquelle on a soudé à l'étain une grosse rondelle de 6, percée d'un trou pour une vis de 3 fixant le tout sur la manette. Bien entendu, la rondelle plexi 6 est également fixée sur la manette, taraudée à M3 à cet effet.

 

Le montage des 4 manettes de gaz est identique, la largeur totale du dispositif est de l'ordre de 34 mm, pour un écartement entre cloisons des 4 moteurs de 44 mm.

Parmi les "potentiomètres à glissière",  ceux de Conrad, ref. 441817-62 (Alps) conviennent très bien, ils ont une course totale de 60 mm. En principe, passer d'un déplacement angulaire à un linéaire induit une courbe de réponse légèrement en cloche, mais ce petit manque de linéarité n'est absolument sensible dans notre cas. Par contre, la tringle de commande devra être munie de chapes à boule (modélisme). La plupart de ces chapes sont destinées à être vissées sur de la tige filetée de 2mm, c'est fin, mais sur une longueur de 80mm il n'y a pas de risque de déformation. Sur la manette, le centre de la boule de la chape doit être à 45 mm de l'axe de 6. Cette chape est montée sur une petite cornière munie d'une boutonnière de 3.2 x 7 ce qui permet d'ajuster cette cote de 45 mm, donc le débattement du potentiomètre.




les reverses

Chaque manette a son levier de Reverse, mais un seul est en réalité actif, celui du moteur 1, une seule variable, la 0178, commande les 4 moteurs et la sortie automatique des Spoilers. 

 

Le mécanisme des Reverses sur le 747 est différent de celui de la plupart des avions. En général, au moment de l'arrondi, on amène les manettes de poussée au ralenti. Dans cette position, et uniquement, il est possible d'enclencher les Reverses. On tire alors les manettes de Reverses vers soi, première condition pour les enclencher, puis on tire les manettes de poussée, qui ne sont plus bloquées en IDLE, et elles entrent dans la zone Reverses de leurs graduations. Pour supprimer les Reverses, il suffit de pousser les manettes principales, ce qui libère automatiquement les manettes de Reverses qui reprennent leur position normale avec un bruit caractéristique. C'est le principe en vigueur sur l'Airbus A320 décrit par ailleurs sur ce site.

 Le 747 fait exception. Voyez ces vidéos sur YouTube:

https://www.youtube.com/watch?v=7g0xL88ebXs   à partir de 7 minutes 15, ou celle-ci:

https://www.youtube.com/watch?v=DSQJOnxue38 à partir de 1 minute 29

ou encore https://www.youtube.com/watch?v=TImK-oNY6-s à partir de 5 minutes 09

 

 Dans tous les cas, on constate que le pilote met les manettes de poussée au ralenti à 10 pieds au dessus de la piste, puis après le toucher, il met la main sur les 4 manettes de Reverses, les tire en arrière et les maintient. Pour couper les Reverses, il ne touche pas aux manettes de poussée, mais il repousse les 4 manettes de Reverses en avant, sans doute assistées par des ressorts, ce qui suffit à annuler les Reverses.

Conséquence: les manettes de poussée n'ont pas de zone de Reverse, elles sont graduées d'ailleurs de 0 à 50, sans mention REV. Ces manettes se déplacent de 80° environ,  entièrement pour le contrôle de la poussée positive.

 

Le FCOM précise par ailleurs:

- La poussée Reverse ne peut être sélectionnée que lorsque les manettes de poussée sont en plein ralenti

- Les manettes de poussée ne peuvent être avancées que lorsque les manettes de Reverses sont en bas (relâchées).

Concrètement, les leviers de Reverses  seront en permanence tirés vers le bas par un ressort interne, il faut faire l'effort de les tirer vers le haut pour enclencher les Reverses.

 

 

Attention aux dimensions des manettes : si 120 mm de long suffisent pour les manettes de Reverse des moteurs 2 et 3, les  et 4 vont demander plus, 170 mm à recouper, du fait de la pliure, sur le même gabarit que les manettes principales. Les 4 manettes de Reverses ont donc un écartement de 100 mm, alignées avec les manettes principales.


principe des Reverses

Voici la manette complète du moteur 1, la plus complexe puisque comprenant les Reverses.

1 Rondelle excentrée butée plein Reverses (facultative)
2 Poussoir "Digitast" A/T Disconnect
3 Vis de 3 + Nylstop articulation de la manette de Reverses et fixation du bloc de Reverses
4 Rondelle excentrée butée sans Reverses
5 Chape
6 Rondelle excentrée butée IDLE
7 Rondelle excentrée butée plein gaz
8 Micro Switch de Reverses
9 Chape à boule
10 Ressort 1 kg
11 Rondelle de 6 soudée sur l'axe de la manette (vis de 6)
12 Rondelles frein
13 Bras articulé
14 Butée à double secteur circulaire
15 Potentiomètre à glissière

Les cotes importantes, qui doivent être les mêmes sur toutes les manettes sont:

- la distance entre l'axe de 6 et l'axe des poignées de la manette principale
- la distance entre l'axe de 6 et la vis 3
- la distance entre l'axe de 6 et le support de la chape à boule 9 (détermine le débattement du potentiomètre).




les boitiers de Reverses

Cette très belle photo d'Alex Beltyukov pour Airliners.net est rare en ce sens qu'elle montre le Pedestal et le bloc de manettes vus de côté. On remarque bien la forme particulière des boîtiers de Reverses, et en particulier la forme très protubérante de ceux des moteurs 2 et 3. Par la même occasion, on voit aussi que le levier des Speed Brakes n'est pas droit, mais courbé à 45°, très difficile à réaliser.

Les boîtiers de Reverses sont, comme dans la réalité, constitués de plusieurs couches superposées. Nous allons d'abord faire les boîtiers des manettes 1 et 4, différentes des 2 et 3. Rappelons que seul le moteur 1 actionne les Reverses, et donc possède un micro-switch. Les trois autres manettes n'ont que le système mécanique de blocage.
La première chose à faire est de couper un gabarit dans du médium de 6, selon le plan "Boîtiers de Reverse moteurs 1 et 4" ci-dessous. Bien remarquer la position de la manette principale, perpendiculaire au côté inférieur, mais nettement excentrée.


Attention au montage de ces boîtiers: il faut laisser 6 à 7 mm entre le bas du boîtier et le haut de la cloison, pour pouvoir passer par la suite les bandes thermo-formées de finition.

Le perçage des trous pour l'axe des manettes de Reverse est aligné pour les 4 moteurs, donc à percer en même temps, en faisant bien attention à la position des manettes principales. Cette solution évite d'avoir un mauvais alignement des manettes après montage. L'équerre des manettes de Reverses est fixée sur les manettes REV. Les butées excentrées ne sont pas superflues, elles permettent de bien aligner les 4 manettes REV, dans leurs deux positions.

Pièces des Reverses:

Nous allons commencer par préparer les pièces articulées des Reverses, selon le plan ci-dessus.

Tracé, pointé, percé, il n'y a plus qu'à découper...

Couper 3 pièces (ou 6 pour faire les deux manettes en même temps) en médium de 6 selon le gabarit. Fixer provisoirement la première sur la face gauche de la manette principale, par une vis de 3.

Dans les deux autres pièces découpées avec le gabarit, découper deux pièces  pour la butée de IDLE .

Pour l'autre côté de la manette, découper deux pièces, toujours selon le plan ci-dessus. Ne pas coller ces pièces, car il va falloir installer le poussoir Auto Thrust disconnect (sur les manettes 1 et 4).

Découper une équerre à 90° selon le plan, dans de l'alu de 2 mm, l'installer en vérifiant qu'elle ne bute pas sur les pièces d'épaisseur précédentes.

 

Les pièces gauche sont découpées pour introduire, légèrement en force, un poussoir de type "Digitast" (GoTronic 07170). S'il n'est pas suffisamment bloqué, un collage au silicone sera possible, après ponçage et peinture du boitier.

Il est important de bien aligner les Digitast, là où ils sont, c'est très visible.

 

 

 

Il faut s'assurer que le Digitast ne dépasse pas des 12 mm du médium, sinon un petit coup de lime sera nécessaire.

 

 

Pour s'approcher un peu plus de la réalité, on collera sur le poussoir du Digitast un petit morceau de plastique cannelé extrait d'un bouchon de fermeture de boîte de dérivation électrique. Avant découpe, on peut chauffer cette pièce au décapeur thermique pour la remettre à plat.

Restera à fermer la boîte: à gauche et à droite du boîtier on vissera dans le médium deux pièces de Forex de 4 ou 5 mm, découpées avec le gabarit. Le Forex (ou XylTech), disponible chez Leroy Merlin, Weldom, etc...,  est un composite qui peut remplacer le médium MDF. Beaucoup plus facile à travailler, en particulier au ponçage, c'est l'idéal pour faire des formes qui pourront être peintes pratiquement sans apprêt, le grain étant très fin. Pour les deux manettes, 4 pièces sont nécessaires, percées et fraisées (du bon côté !)

 

 

 

L'empilage final. Attention à ce que les vis tombent bien au milieu du MDF, en particulier celle qui se trouve à proximité du Digitast. Un gabarit en papier calque peut éviter des surprises.

 

Sur le Digitast, on a collé le petit morceau de plastique cannelé. Il n'y a plus... qu'à démonter le tout pour poncer finement toutes les couches, arrondir largement les angles, enduire, si nécessaire, et peindre à la bombe en noir.


le mécanisme des Reverses en photos

 

Le micro-switch de commande des Reverses est fixé sur la manette, c'est plus simple qu'à l'intérieur du boîtier. Un écrou 1 bloque la rotation de la tige filetée dans la chape. Le switch 2 est fixé avec des vis de 2.5 de telle manière que, lorsqu'on remonte la tige filetée vers le haut, la cosse 3 vienne appuyer sur le bras du switch et fermer le contact. Les deux cosses sont serrées fortement et un contre-écrou 4 n'est pas inutile. La position du switch doit être ajustée avec la poignée sur la manette de Reverses, elle peut buter  avant que le switch ne soit fermé. Cette installation n'est à faire que sur la manette du moteur 1.


le double blocage des Reverses

Nous avons vu que le FCOM définit une double condition pour les Reverses:
- on ne peut passer en Reverses que si la manette est au ralenti
- on ne peut quitter le ralenti que si les Reverses sont désengagés.

Ce qui conduit à faire une pièce un peu spéciale, en médium de 10 à 12 mm.

Du ralenti à plein gaz, le bras articulé 13 , relié à la manette de Reverses par la tringlerie,  se déplace autour de l'axe de rotation r1 de la manette. La butée  en médium 14 a donc un premier arc de cercle égal à ce rayon +1mm. Le bras ne touche pas la butée, en principe (c'est réglable par les chapes). Dans cette position, manette de Reverses baissée, on peut pas tirer la manette vers le haut.
C'est la première condition du FCOM.

La manette est maintenant en position IDLE, le bras  peut être tiré vers le bas, et se déplace selon le rayon r2. Les Reverses sont enclenchées par le micro-switch, et la manette principale est bloquée sur IDLE, on ne pourra pas la pousser vers l'avant tant que les Reverses sont actives. C'est la deuxième condition du FCOM.

Là aussi, le bras 13 ne frotte pas sur la butée double-circulaire 14, qui n'a pas besoin d'être renforcée. Si 14 est bien positionné, il n'y a aucun jeu dans ce mécanisme.

On tire la manette REV vers le haut, le bras 13 tourne autour de r2, les Reverses s'enclenchent, la manette principale est bloquée en position IDLE.


le montage des cloisons

Les cloisons centrales des 4 moteurs sont équidistantes (42 à 44 mm, selon les poignées, qui ne doivent pas se toucher).

Lors du montage sur le socle en médium de 10, il sera préférable de positionner les cloisons munies de leur mécanisme complet au fur et à mesure, en "empilant" à partir de la gauche 28 équerres en cornière d'alu de 20x20 positionnant exactement les cloisons perpendiculairement aux bords du plancher et avec le bon écartement entre elles (pied à coulisse de rigueur). Ces petites équerres sont vissées sans serrer dans un trou de 3.5 mm dans chaque cloison. Comme elles sont maintenues par des vis de 3, il y a un peu de jeu qui permet de les plaquer contre le plancher, où elles sont collées à l'époxy (Araldite). Les cloisons sont bien entendu amovibles: il suffit de retirer les vis de 3 et de soulever. Pour éviter de les coller en même temps que les équerres, chaque cloison est protégée par un petit bout de Scotch. Ceci assure le positionnement du bas des cloisons. L'écartement en haut devrait bien entendu être le même... Devrait, car si par hasard deux poignées de manettes se touchaient, il suffirait de changer très légèrement le serrage des écrous sur la tige filetée pour modifier de façon invisible l'écartement entre manettes.

A noter que  les équerres des flancs gauche et droit ne sont pas montées de la même façon.

 

 

Montage des deux premières cloisons

Les équerres de la cloison 5 en cours de collage:


finition: les bandes graduées extérieures

Le "capot" courbé du bloc manettes est assez souvent réalisé en aluminium. Ce n'est pas facile, la réalisation des fentes demande une défonceuse et une fraise spéciale, et cela exclut bien entendu le rétro-éclairage. GoTronic et "Le Géant des Beaux Arts" proposent des plaques thermo-formables dénommées "Vivak" (PET-G) qui ont bien des atouts. Leur épaisseur est assez faible, 2 mm, mais elles sont transparentes, donc on pourrait les rétro-éclairer facilement, mais c'est tout à fait facultatif.  Ces plaques peuvent être courbées à la main, mais le plastique souffre dans ces conditions, et un jour ou l'autre on peut avoir une fissure ou une rupture. Le thermo-formage se fait à température assez basse, entre 138 et 160°, soit dans un four de cuisinière, soit au décapeur thermique. Il faut une forme au rayon de 160 mm  pour thermo-former correctement, qui se fabrique assez simplement avec des chutes de médium, recouvertes d'un tissu fin pour évacuer l'air prisonnier. 
L'habillage se fera en plusieurs bandes, c'est beaucoup plus simple, et, pour ma part, j'ai choisi de ne pas les rétro-éclairer. En pratique, on s'aperçoit en effet  que le rétro-éclairage ne sert pratiquement à rien pour le pilotage, il est là uniquement pour l'esthétique. On ne peut pas se tromper sur la position des Speed Brakes, les graduations des manettes de poussée sont tellement peu utiles que Hardy Heinlin les a supprimées de PSX, quant aux volets, il est plus sûr de regarder l'EICAS.  L'éclairage  par l'extérieur par une lampe "flood" est tout aussi efficace, et cela évite l'épineux problème des fuites de lumière par les fentes des manettes.

Dans tous les cas, les bandes de finition seront très classiquement recouvertes par une feuille imprimée sur un fond marron/beige, en principe en RVB:    R 132 V111 B82.  Des essais préalables sont indispensables, chaque imprimante ayant son interprétation du RVB... Voir les chapitres à ce sujet pour le Beech ou le A320 sur ce site. Ces bandes sont fixées sur de petites équerres en alu de 20x20, percées et taraudées à M4. Les vis de 4 sont des BTR de 4x10. Une telle fixation est un défi à la mécanique, mais ces vis sont très peu serrées, le risque d'arracher le filetage est minime. Avant de poser ces vis, il faut les dégraisser soigneusement à l'essence, car elles ont très souvent un reste d'huile, surtout les BTR noires. Les équerres alu sont collées au double face 3M "haute résistance", cela laisse un peu de souplesse qui aide à enfiler les vis.

Essayage des bandes en plexi:


L'ensemble presque terminé:

Les couleurs ne sont pas tout à fait exactes sur cette photo.


électronique et informatique

La programmation SIOC est extrêmement simple... puisque Nico Kaan et Greg "Mameloose"  Hamel l'ont faite avant moi :-) Voir le petit tuto de Greg  http://www.flight-pilote.com/topic-934-sioc-aerowinx-premiers-pas-avec-sioc-page-1.html

Les 4 curseurs des potentiomètres des manettes de poussée sont reliés aux 4 entrées analogiques de la carte USB Expansion du Pedestal. Bien que les + et les - soient communs à tous les potentiomètres, il est prudent de brancher tous les potentiomètres avec trois fils séparés. 

Le calibrage des manettes de poussée est très simple. Lorsqu'un Joystick ou un bloc de manettes est connecté, il y a une page USB dans PSX. La déviation normale qui y est indiquée doit être de -1000 à +1000. On peut également contrôler la déviation sur le petit logo en haut à gauche de l'écran (voir le manuel page 258) , ou sur l'EICAS en position Flight Control.


schéma des entrées USB Expansion

 

Les volets et la manette Speed Brakes n'ont pas de potentiomètre, voir le chapitre suivant "les spoilers et les volets". Il y a  4 entrées Master pour les Speed Brakes et 2 pour les volets (Increase et Decrease), plus les GND bien sûr.
Les reverses sont uniques, une seule entrée Master, les boutons TO/GA et A/T Disconnect sont montés en parallèle, une seule entrée commande la variable 3706 et la 3707 par exemple, pour TO/GA.
Enfin, les inters HP1 à HP4 pour le carburant ont chacun leur entrée.
Le frein de parking nécessite deux entrées puisqu'on ne peut l'enclencher qu'après appui sur les freins. Cela pourrait sans doute se faire au palonnier, mais j'ai prévu une commande double sur la manette Parking Brakes, c'est plus simple.

Les LEDs des interrupteurs HP1 à HP4 sont également prévues,

Les interrupteurs STAB TRIM et APL NOSE DN seront présents, mais non utilisés.

Leur connexion est cependant possible sur le connecteur Sub D de 37 broches qui regroupe toutes les entrées et sorties du bloc manette. Un seul connecteur, donc branchements on ne peut plus simples. Ce connecteur est installé entre la cloison des volets et le flanc droit, espacés de 72 mm à cet effet. 

Les schémas prévoient une arrivée de 5 Volts et de 12 Volts. Le 5 Volts est utile puisque relié à une des deux cosses extérieures des potentiomètres, par contre le 12 Volts ne serait utile qu'en cas de rétro-éclairage.

Pour permettre le démontage éventuel d'une cloison et de sa manette, chaque cloison est munie d'un connecteur HE14  à 6 broches. Le toron de fils venant de la cloison voisine et allant au connecteur Sub D 37 broches par une encoche en bas de la cloison, et non par un trou permet le démontage d'une cloison sans rien dessouder.

 

Schéma de principe du câblage de la cloison moteur 1 :

Le connecteur de sortie:
tous les connecteurs ont 6 broches, même si 5 seulement sont utilisées (le 12  V est une option)


Sur le plan de la programmation, le seul problème que l'on rencontre est le fait que PSX simule des manettes de poussée motorisées, ce qu'on a rarement dans un cockpit.

Greg m'a dit:

Quand l'A/T arm est engagé et que tu presses le TO/GA les moteurs  montent en régime et, arrivé au mode HOLD pour la vitesse, il reprend la position des manettes. Comme chez moi elles sont au ralenti (non motorisées donc elles n'ont pas bougé) eh bien l'avion s'arrête .

Du coup, j'ai modifié cela en indiquant que quand A/T arm est actif mes throttles sont désactivés comme ça on maintient le THR de référence, et pour reprendre le contrôle des throttles je suis obligé de désactiver l' A/T.

Donc quand les manettes sont actives, on désactive l'Auto Thrust et
quand l'A/T est actif on désactive les manettes, tout simple.

 .

Ce problème très intéressant a été abordé de façon très constructive sur le Forum de PSX à partir du 27 octobre 2014, à l'initiative de Jean Philippe "JP744". Le 23 mars 2015, Nico Kaan a proposé un code  SIOC adapté à son PSXseecon qui résout le problème. Ce post est à lire, car il résume très bien l'esprit d'entre-aide qui règne sur ce Forum, et l'ouverture d'esprit de Hardy Heinlin. Mais la solution de Greg est la plus simple.

 

Quant à la procédure de démarrage des moteurs, on peut se reporter au tuto de Greg: https://www.youtube.com/watch?v=D_ot2rqIZio